La communication ethnique pour cibler les afro-descendants

La communication ethnique pour cibler les afro-descendants

La communication ethnique – cas de la diaspora africaine

Comme vous le savez, les médias sociaux sont des outils de communication et de marketing à part entière. Malheureusement, les médias sociaux ne sont pas segmentés par communautés… Lorsque certains de nos clients nous demandent de targeter/cibler des afrodescendants ou membres de la diaspora d’Afrique sub-saharienne, nous sommes contraints de réaliser que atteindre les membres de cette diaspora était assez complexe. 

Plusieurs raisons expliquent cette complexité à atteindre et à communiquer directement avec cette diaspora :

  • Le recensement ethnique n’est pas autorisé dans certains pays d’Europe, notamment en Belgique.
  • La culture digitale n’est pas répandues dans les générations X (1965-1979) et les baby-boomers (1946-1964) de cette diaspora qui préfèrent utiliser Whatsapp. Ce qui représente un grand manque à gagner ! Comment fait-on pour « digitaliser » les générations X et les baby-boomers ? Est-ce encore possible ? Dites-nous ce que vous en pensez !

usages des communications et générations

  • L’organisation des membres ou petits groupes de la diaspora n’est pas toujours standardisée voire digitalisée. En bref, contrairement à la diaspora afro-américaine ou celle du Magreb, nous manquons encore de structure et nous restons fort divisés par nos différences culturelles. Ce dernier point est une opinion personnelle, je peux me tromper (ou pas).
 

Tant qu’on y est, c’est quoi la communication ethnique ?

Le marketing ou la communication ethnique est le principe de segmentation du marché public pour un marché par communautés. La communication ethnique consiste à entreprendre un ensemble d’actions marketing personnalisées (offres produits et communication) à destination d’un groupe ou d’une communauté ethnique particulière.

Voici ce que cette segmentation ethnique permet de conclure :

PUBLIC AFRICAIN

  • 73% ont des difficultés à trouver des produits africains dans la grande distribution.
  • Comparativement à une femme blanche, une femme noire utilise :
    • 9 fois plus de produits capillaires,
    • 7 fois plus de maquillage
    • 5 fois plus de produits de soin
  • La presse féminine noire est en forte expansion avec une dizaine de titres pour un marché potentiel d’1 million de lectrices.
  • 43% appellent l’étranger au moins une fois par semaine

PUBLIC MAGHRÉBIN

  • 95% conservent des attaches affectives profondes avec le « bled »
  • 45% voyagent une à deux fois par an au pays
  • 22% utilisent régulièrement les services des sociétés de transferts d’argent
  • Le marché de la viande halal en France est estimé à 4 milliards d’euros.

Source info segmentation : publiethnik.com

Que pensez-vous de la manière dont les grandes firmes ciblent la diaspora africaine ?

Le targeting ethnique n’existe pas. Cela peut se comprendre si l’on le considère comme une forme de  ségrégation raciale ou discriminatoire selon les lois belges et internationales. Certains groupes ont toutefois opté pour une forme de publicité controversée parce que ‘à caractère raciste’ ou pour le « white washing advert« . Bon, il se peut que vous n’y voyez aucune connotation raciste, ça peut se discuter… Toujours est-il que ces pubs ont en commun le fait de susciter l’indignation de la communauté/diaspora africaine. La grande excuse de ses firmes c’est de laisser penser que ces pubs sont des erreurs, elles auraient échappé leur procédures d’approbation.
Et ensuite ? Bien il semble que d’après eux, il n’existe pas de « mauvaise publicité ».

Prenons le cas de H&M avec cette publicité considérée comme étant très mauvais goût par de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux. On pouvait y apercevoir un jeune garçon noir portant un pull sur lequel il est écrit :  » le signe le plus cool de la jungle » alors que les autres enfants des pulls avec des autres messages (plus positifs).

H&M marketing ethnique

Mais H&M n’est pas la seule firme à avoir « fait des erreurs ». Ils ont même présenté leurs excuses, un peu comme la majorité des firmes qui se sont essayé au ‘ciblage’ ou targetting ethnique…

Ils ne semblent pas craindre de perdre des clients, bien qu’il y ait eu plusieurs appels au boycott dans plusieurs pays pour chacune des firmes qui s’essayent à ce genre de marketing.

Alors, peut-on dire que faire des pubs à connotation raciale est la nouvelle manière d’atteindre cette diaspora ?

Quelques autres exemples de publicités à connotations raciales…

Dove, avec cette pub voulait-il atteindre les diasporas africaines avec comme message : « Dove vous rendra plus clairs ? » Je ne sais pas.

En tous les cas, plusieurs afro-descendants ont posté des vidéos et photos d’eux montrant qu’ils se débarrassent de tous les produits Dove. Pensez-vous que Dove soit parvenu malgré tout à ses fins ?

dove - marketing ethnique

Gucci s’y est aussi essayé…

Avec ce pull qu’ils ont ensuite retiré de la vente, Gucci a aussi suscité l’indignation de la communauté afro-américaine.

le sweater Gucci qui n'a pas plu aux noirs

Et voici, en vidéo, la réponse de 50Cent… pour ne citer que lui.

N’hésitez pas à partager avec nous ce que vous pensez de ce type de communication. Est-ce de simples erreurs de communication ou la nouvelle tendance de communication ethnique ?

Doit-on considérer le fait que les firmes continuent, malgré la controverse, à utiliser ces méthodes que cela n’a aucun impact néfaste sur leurs ventes ?

 

Quel est l’intérêt de structurer la diaspora ?

Si nous mettons de côté nos besoins de marketers, il reste énormément de raisons de structurer et d’organiser la diaspora et sa manière de communiquer. Nous avons catégorisé les intérêts d’une diaspora plus organisées en 3 :

  • Social : La diaspora africaine est rarement au courant de ce qui est organisé pour elle car il est difficile de la cibler. Elle manque également de coordinateurs. Notre image sociale et notre apport social n’est pas positive alors que notre impact est certain. 
  • politique : la diaspora africaine est sous représentées dans les organes politiques et donc, ses préoccupations et ses besoins ne pas représentées. Le manque d’organisation de cette diaspora explique la sous- représentation politique. Il faudrait, par exemple, se réunir et mettre en place des stratégies de soutien pour certains candidats afin de les pousser vers le haut.
  • économique : La diaspora Africaine d’Europe ne représente pas une force économique contrairement à la diaspora issue du Magreb qui est plus organisée et structurée; elle a donc un intérêt certain pour les représentants politiques et les organismes publiques ou privés.
  • La diaspora d’Afrique sub-saharienne (dont je fais partie) est également la seule communauté qui ne gère pas ses propres ressources ; notre alimentation, nos ressources naturelles, notre éducation, nos croyances, nos arts, nos talents…

Croyez-vous que cela pourrait aider à cibler et communiquer mieux avec des membres de la diaspora africaine ? À SUIVRE

Des médias sociaux pour les afro-descendants

Il y a aussi des médias sociaux communautaires qui ont fait leur apparition sur la toile ; je parle de BEESO ou encore TRIBL.

 

Que pouvons-nous faire pour changer cela ?

  • Comprendre les enjeux du digital est primordial.
  • S’informer au mieux sur les groupes qui existent déjà et les opportunités qui sont créés pour nous.
  • Partager et informer les autres quand vous êtes en possession d’une information pouvant aider la communauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *